" "L'offre de pétrole augmentera " probablement " plus vite que la demande en 2018

Pour l’ensemble de 2018 la demande mondiale sera de 98,6 millions de barils par jour

Pour l’ensemble de 2018 la demande mondiale sera de 98,6 millions de barils par jour

Le baril de light sweet crude (WTI) et celui de Brent de la mer du Nord ont perdu respectivement 9,55% et 8,59% sur la semaine, retrouvant leurs niveaux de fin et mi-décembre.

Les stocks de pétrole brut ont progressé moins que prévu aux Etats-Unis la semaine dernière selon des chiffres publiés mercredi par le département américain de l'Energie (DoE), tandis que la production dans le pays a encore légèrement augmenté.

Les stocks d'essence ont augmenté pour leur part de 3,6 millions de barils à 249,07 millions, une hausse trois fois plus forte que celle de 1,2 million anticipée par les économistes. Il estime que son organisation devrait (il s'agit encore d'une formule au conditionnel) accroître sa production de 350 000 barils. Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), la production des États-Unis pourrait à elle seule égaler la hausse de la demande mondiale cette année. Cet accord a été prolongé jusque fin 2018 et un point devrait être fait sur le sujet lors de la prochaine réunion de l'Opep en juin à la lumière de l'évolution des cours.

"Le redressement constant des cours du pétrole depuis l'été 2017 et l'intérêt renouvelé pour des opportunités de croissance ont conduit les grands groupes pétroliers à se remettre à niveau en termes d'activités d'exploration cette année, dans le pétrole de schiste comme dans l'offshore", indique l'Opep, faisant référence au secteur pétrolier américain.

Les conditions du marché et la robustesse de la demande ont d'ailleurs incité l'OPEP à relever ses prévisions.

"Toute décision sur un abandon progressif de l'accord ne sera prise que lorsque le niveau des stocks mondiaux aura été ramené à sa moyenne sur cinq ans, a-t-il poursuivi". Il en ressort notamment, et un peu comme l'autre rapport qu " en 2018, la hausse rapide de la production des pays non membres de l'Opep, emmenés par les Etats-Unis, va probablement augmenter plus vite que la demande', peut-on lire dans le rapport.

Ce rapport fournit des données contradictoires au sujet du Venezuela, dont la production chute en raison de la crise économique dans ce pays.

Celle-ci fait suite à une précédente hausse de près de 1,9 million de barils, mais est inférieure à la prévision moyenne des économistes de +2,38 millions.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.