Samsung attaqué pour violations des droits humains

Les associations portant plainte contre Samsung pointent aussi l'utilisation de benzène et de méthanol dans ses usines chinoises qui

Les associations portant plainte contre Samsung pointent aussi l'utilisation de benzène et de méthanol dans ses usines chinoises qui"aurait causé des maladies incurables chez plusieurs employés

L'ONG CLW s'est infiltrée dans les usines de filiales du groupe et de ses fournisseurs, principalement dans la région de Tianjin, près de Pékin, en Chine. La marque n'hésite en effet pas à communiquer sur son respect des législations locales et affirme vouloir " devenir l'une des entreprises les plus éthiques au monde ". Pour appuyer ces accusations, les deux associations se basent notamment sur des rapports d'enquêtes de l'ONG China Labor Watch, qui a infiltré des usines du groupe. Selon cette ONG, Samsung - ou ses sous-traitants - ferait travailler de manière régulière et massive des jeunes de moins de 16 ans, imposerait des horaires abusifs, demanderait d'effectuer des tâches dangereuses sans protections adéquates et serait responsable de conditions de travail indignes pour la production de certains produits vendus en France.

"Nous dévoilons notre Code Global de Conduite à nos fournisseurs, clients et autres parties prenantes externes, tout comme à nos employés, via notre site internet de gestion éthique, et nous leur fournissons un canal qui leur permet de signaler toute violation des normes éthiques". La plainte, de plus de 40 pages, dénonce aussi des cas d'empoisonnements au benzène et au méthanol.

Interrogée par France Inter, l'ONG Sherpa explique qu'elle veut dénoncer les engagements éthiques de Samsung, très loin de la réalité de ses usines chinoises.

Se son côté, Samsung a démenti tout écart entre ses engagements et leur mise en application.

Une première plainte de Sherpa, limitée à SEF, avait été classée sans suite en 2014.

Samsung a réagi en affirmant dans un communiqué appliquer une "tolérance zéro" vis-à-vis du travail des enfants.

La nouvelle démarche de Sherpa et de Peuples solidaires s'inscrit dans un contexte de multiplication de plaintes et d'ouverture d'enquêtes à l'encontre de multinationales, dont Apple et Epson, accusées d'obsolescence programmée. "Le risque dans ce type d'affaire d'envergure internationale est que le parquet se montre frileux et se limite à l'audition des dirigeants des groupes, sans se rendre sur place et sans faire de zèle". Depuis, l'ONG a constitué un véritable dossier à charge contre le constructeur coréen.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.