Les sujets sur Laurent Wauquiez finalement diffusés sur France 3

France 3 a suspendu la diffusion de sujets sur Wauquiez la rédaction dénonce des pressions

France 3 a suspendu la diffusion de sujets sur Wauquiez la rédaction dénonce des pressions

France 3 Auvergne-Rhône-Alpes a-t-elle cédé face à la pression de Laurent Wauquiez? Le quatrième volet de la série a été diffusé ce vendredi à midi sur les antennes de Lyon, Clermont-Ferrand et Grenoble. Au lieu de ça, le président des Républicains bénéficiera des 52 minutes d'émission, mais également de trois minutes de droit de réponse qui seront diffusés lors des journaux télévisés, samedi. Le troisième volet est en revanche passé à la trappe. Pour Laurent Wauquiez, cela doit devenir une tête de pont pour faire d' Auvergne-Rhône-Alpes la Silicon Valley de l'Europe. La direction régionale de la chaîne avait jugé les sujets "déséquilibrés". Mais deux jours plus tard, la direction a décidé d'arrêter sa diffusion.

Cette déprogrammation temporaire a été décidée après que le président du parti Les Républicains et son entourage ont dénoncé des reportages à charge et demandé un droit de réponse. "Nous avons simplement demandé un droit de réponse".

Une série de reportages sur les deux premières années du président Wauquiez.

De quoi provoquer la gronde des journalistes de la rédaction. "Elle a été stupéfaite en apprenant l'annulation de la diffusion, puis la stupéfaction a laissé place à la colère". Elle dénonce "un choix éditorial fait à la demande d'un responsable politique". "On a perdu toute crédibilité, la plupart des journalistes sont outrés", déclare un salarié à l'AFP. Après avoir mis en avant quelques déclarations de Laurent Wauquiez qui se vante d'avoir réduit les dépenses, le reportage critique cet argument sans redonner ensuite la parole à l'ancien maire du Puy-en-Velay (Haute-Loire).

On notera encore qu'un autre média de service public comme France Info ne fait aucune mention de cette "affaire" des déprogrammations sur l'antenne de leurs collègues et confrères. Ce que nie la direction ainsi que l'entourage de l'homme politique selon l'AFP. "Mais je remarque que dans ce sujet, on laisse la parole à Laurent Wauquiez". "Quant à la réalité des impôts qui n'augmentent pas, une réalité en trompe l'œil", poursuit-elle avant de donner la parole à Jean-Charles Kohlhaas, conseiller EELV de la région et à Chrstian Darfeuille, syndicat Unsa.

Les personnes interviewées sont toutes des opposants politiques. Dans un article sur son blog, le journaliste Renaud Revel affirme pourtant que la journaliste avait d'abord été félicitée par sa hiérarchie. "Et là ce n'était pas le cas", s'était justifié le patron de la chaîne, André Faucon.

"On ne s'empêche pas de faire de l'investigation mais, dans la forme et sur le fond, on essaie d'être équilibré et plutôt mesuré. On n'était pas dans les clous sur le plan du traitement médiatique et politique", a-t-il confié à l'AFP.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.