Vers la fin du rattrapage — Réforme du bac

Les pistes de réflexion autour de la réforme du bac pourraient condamner les rattrapages

Les pistes de réflexion autour de la réforme du bac pourraient condamner les rattrapages

Le rattrapage au bac va-t-il disparaître? Cette suppression est en effet une des pistes évoquées dans le cadre des concertations sur la réforme de l'examen. C'est l'hypothèse qui serait envisagée par Pierre Mathiot, un proche du ministre de l'Éducation nationale, chargé de piloter la concertation autour de la réforme de cet examen qui sanctionne la fin des études secondaires. C'est la question que se pose celles et ceux qui se réflechissent à la réforme du baccalauréat au sein du ministère de l'Éducation nationale. Ces candidats devaient alors choisir deux matières à repasser à l'oral, d'une durée chacune d'une vingtaine de minutes. "En plus de la suppression des filières L, ES et S qui seraient remplacées par neuf grandes spécialités, le système évoluerait des "majeures" et mineures", comme le font certains voisins européens. "Le rattrapage n'aurait de toute façon plus vraiment de sens", avec un bac réduit à quatre épreuves finales et les autres disciplines évaluées en contrôle continu, architecture du futur bac souhaité par Emmanuel Macron, rappelle Philippe Tournier.

Le rattrapage "favorise les élèves qui ont des notes très inégales, comme un 4 et un 14, et défavorise les élèves plus tangents, qui ont par exemple 9 et 9 à rattraper", justifie Philippe Tournier, secrétaire général du SNPDEN-Unsa, le premier syndicat des chefs d'établissement.

Dans son édition de lundi, Le Figaro avance que les oraux de rattrapage, passés par les candidats au bac dont la moyenne aux épreuves écrites est comprise entre 8 et moins de 10, pourraient être remplacés par l'examen de leur livret scolaire.

Cependant, le court délai entre les résultats et le rattrapage laissait peu de temps aux élèves pour se préparer, tout comme les professeurs amenés à faire du rab avant les vacances. C'est également le point de vue de Lysiane Gervais.

A l'avenir, les élèves commenceraient à se spécialiser dès leur entrée au lycée en classe de seconde. Les professeurs les interrogeaient alors qu'ils savaient bien qu'ils n'avaient pas pu travailler suffisamment.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.