Syndrome du choc toxique : seconde amputation pour Lauren Wasser

Amputée d'une jambe à cause d'un tampon, le mannequin Lauren Wasser va perdre sa seconde jambe

Amputée d'une jambe à cause d'un tampon, le mannequin Lauren Wasser va perdre sa seconde jambe

Lauren Wasser, 29 ans, a contracté le Syndrome du Choc Toxique en 2012 après avoir utilisé un tampon au cours de ses règles. En 2012, ce top américain était âgé de 24 ans lorsque les médecins lui ont amputé la jambe droite à la suite d'une grave infection qui a failli lui coûter la vie. Malheureusement pour elle, le calvaire ne s'est pas arrêté pour autant. Se dévoilant dans une lettre ouverte, publiée sur In Style, la jeune femme assure souffrir tous les jours: "J'ai une "jambe en or" dont je suis très fier". C'est en tout cas ce qu'elle a assuré auprès de ses fans, déclarant qu'une seconde amputation était inévitable.

Aujourd'hui, Lauren Wasser veut que les autres femmes soient plus conscientes de ce qu'elles mettent dans leurs corps. "Je suis à l'aise dans mon nouveau rôle en tant qu'activiste en marche contre une maladie qui affecte des milliers de personnes".

Elle est l'une des premières femmes à avoir alerté l'opinion sur le syndrome du choc toxique. Elle militerait également pour que les entreprises rendent publiques les compositions des tampons et autres serviettes hygiéniques. Kimberly-Clark Corporation, qui produit les tampons Kotex, s'est défendu à l'époque en expliquant que les risques de développer le Syndrome du choc toxique étaient spécifiés dans la notice d'utilisation. Chose bientôt concrétisée puisque devrait être présenté en mai prochain un texte dirigé par la démocrate Carolyn Maloney. Ce dernier demande que les "National Institutes of Health" fassent des recherches portant sur la sécurité des ingrédients dans les produits d'hygiène féminine.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.