Jamel Debbouze : Son gros coup de gueule face à Claire Chazal

Jamel Debbouze

Jamel Debbouze

Celle-ci a dédié un portrait à l'humoriste qui revient sur scène, après une longue absence de six ans.

Invité de l'émission Entrée Libre présentée sur France 5 par Claire Chazal, Jamel Debbouze a paru visiblement gêné par une question posée par son interlocutrice au sujet de son identité.

Jamel a aussi déclaré souhaiter qu'on oublie ses origines maghrébines et son enfance dans un quartier difficile. En effet, la journaliste a souhaité l'interroger sur son rôle de porte-parole de la communauté maghrébine, notamment après les attentats. "On est obligé de dire fort combien on est Français, combien on est né ici, combien on vit les choses exactement de la même manière que n'importe quel Français de souche", a expliqué Jamel Debbouze.

Interrogé sur sa position par rapport aux événements terroristes qui ont touché la France au cours de l'année écoulée, Jamel a répondu: " Encore aujourd'hui, on est obligé de creuser ce sillon.

Jamel Debbouze a ensuite parlé du triste fait de "se sentir étranger dans son propre pays", "de devoir en faire de fois plus, de devoir se justifier deux fois plus". "On a le sentiment qu'on doit en faire deux fois plus, confie-t-il".

Il semblera encore plus touché lorsque Claire Chazal lui rappelle qu'il est lui-même issu de l'immigration et d'un quartier difficile. Mais on est en 2017, et vu tout ce qu'on a fait, vu toute notre histoire commune, cela ne devrait plus être un sujet!

L'interview qui se voulait "bon enfant" et qui devait être tournée vers le spectacle de l'artiste et non pas sur ses origines a eu le don de "casser l'ambiance" comme l'avoue Jamel avec le sourire: " Vous avez niqué l'ambiance, j'étais bien avant cette question ".

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.