Le youtubeur condamné à 5 ans de prison pour radicalisation — Mamadou Segpa

Youtube logo

Youtube logo

Omar C. avait reçu une vidéo annonçant l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, où le père Hamel a été égorgé en juillet 2016.

C'était une menace imminente. Deux jours plus tard, le père Jacques Hamel est égorgé dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), en pleine messe. Mais il n'a rien fait.

Omar C., l'un des créateurs du célèbre personnage Mamadou Segpa sur YouTube, a été condamné à cinq ans d'emprisonnement pour ses contacts avec Daech. Jusqu'à ce qu'Omar C., créateur du personnage fictif Mamadou Segpa, plonge dans une affaire sordide liée au terrorisme. Une vidéo sur laquelle les policiers sont tombés en perquisitionnant le domicile du youtubeur, le 24 juillet 2016, à Mantes-la-Villes dans les Yvelines. Il se met à regarder des vidéos de l'organisation État Islamique, puis va jusqu'à se faire passer pour un terroriste sur les réseaux sociaux. "Il n'y a aucune différence entre la cocaïne et les vidéos de Daech, à chaque fois on veut savoir ce qui va se passer".

J'étais salafiste. Comment expliquer que de jeunes Allemands se radicalisent
JOHN MACDOUGALLJ'étais salafiste. Comment expliquer que de jeunes Allemands se radicalisent

Mais la fascination laisse place à un début de radicalisation.

Et de spectateur, il devient acteur: La justice lui reproche des velléités de départ en Syrie, des échanges répétés au sein de la "jihadosphère" avec le propagandiste Rachid Kassim notamment. Dissipé au lycée, il était en revanche passionné de vidéo, et avait bricolé avec les moyens du bord une mini-série sur YouTube, où l'on suivait les histoires de Mamadou Segpa. Le lendemain, la police débarque chez lui pour une perquisition administrative, et saisit cette vidéo.

"J'étais choqué par ces propos mais j'y croyais pas trop", affirme Omar, qui ne prévient pas les forces de l'ordre. S'il n'estime pas s'être radicalisé "religieusement", il reconnaît néanmoins avoir été sensible aux arguments de l'EI. Une affirmation entendue par le tribunal, qui l'a condamné à cinq ans de prison, quand le procureur en demandait sept.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.