Le "rescapé du Bataclan" prend 6 mois ferme

C’est en allant déposer des fleurs que Cédric a basculé dans le mensonge se faisant passer pour une victime du Bataclan

C’est en allant déposer des fleurs que Cédric a basculé dans le mensonge se faisant passer pour une victime du Bataclan

Vendredi 1er décembre, le tribunal correctionnel de Versailles a condamné Cédric Rey, 29 ans, a été condamné à deux ans de prison dont six mois ferme et 18 avec sursis pour tentative d'escroquerie à l'encontre du Fonds de garantie des victimes de terrorisme et d'autres infractions (FGVTI).

Cet ambulancier de formation avait raconté avec force détails aux médias, dont l'Agence France-Presse, ce qu'il disait avoir vécu à la terrasse du Bataclan ce soir-là. Au même moment, une femme est passée entre nous en courant: "elle a pris les balles", avait-il expliqué à Libération, en février 2016. Parmi les groupes de victimes, en arrêt maladie pendant de longues semaines, il a par la suite, aux yeux de tous, tenté de se reconstruire en se tatouant notamment sur la peau l'image d'une Marianne devant le Bataclan.

Des incohérences dans son récit. Ce n'est que vers minuit qu'il s'est trouvé près de la salle de concert, qu'il avait gagné à la hâte en apprenant l'attentat, et où des témoins ont signalé sa présence. La téléphonie a permis d'établir que le 13 novembre, lors des premiers tirs de kalachnikovs, Cédric R. n'était pas dans le 11e mais dans les Yvelines, à une trentaine de kilomètres de là. Le jeune homme, qui a reconnu les faits, s'était rendu de lui-même à la caserne, où il avait été placé en garde à vue. Il a été incarcéré dans la foulée, le temps pour la justice de diligenter une nouvelle expertise psychiatrique et une expertise psychologique.

Sollicitée par l'AFP, son avocate n'a pas souhaité s'exprimer. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.