Accusé de plusieurs viols : Tariq Ramadan écarté de l'université d'Oxford

Ramadan

Ramadan

Aïcha Ali-Khan, une militante des droits des femmes britannique avait lancé une pétition, dans laquelle elle réclamait que Tariq Ramadan soit suspendu de ses fonctions le temps de l'enquête.

Tariq Ramadan, qui nie toujours les faits, a porté plainte à son tour pour "dénonciation calomnieuse ".

Rappelons que Tariq Ramadan, petit-fils du fondateur de la confrérie égyptienne des frères musulmans Hassan Al-Banna, est accusé d'avoir commis deux viols en France, ainsi que des abus sexuels sur mineures à l'époque où il enseignait dans sa ville natale de Genève (Suisse), des accusations que l'islamologue controversé a énergiquement démenties, les qualifiant de "calomnieuses ". Populaire et excellent orateur, il est très souvent invité pour animer des conférences.

Après plusieurs jours, l'Université d'Oxford a déclaré qu'avec un commun accord avec le théologien, T. Ramadan sera mis en congé de manière immédiate. L'agression de la victime aurait eu lieu dans un hôtel à Lyon. "Je démens catégoriquement ces allégations et dépose aujourd'hui une plainte contre X pour diffamation", a fait savoir l'intellectuel suisse dans un message en anglais sur son compte Twitter. Lundi, l'université déclarait être " au courant de ces accusations " qui visent le professeur. Les circonstances et violences subies sont identiques à celles de l'autre victime. L'université d'Oxford aurait ainsi "constamment reconnu la gravité des allégations portées contre le professeur Ramadan, tout en insistant sur l'importance d'un juste équilibre, du principe de justice et du respect de la procédure".

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.