Dyslexie : la piste des yeux étudiée par des chercheurs français

Ils ont découvert l'origine de la dyslexie

Ils ont découvert l'origine de la dyslexie

Face à cet enjeu de santé, deux physiciens français de l'université de Rennes 1, Albert Le Floch et Guy Ropars, se sont penchés sur la question. Une tache qui a la particularité de ne pas laisser passer la lumière bleue.

A lire aussi: "Un stylo parlant pour aider les dyslexiques à lireGuy Ropars et son collègue Albert Le Floch sont parvenus à ces conclusions en comparant deux groupes de 30 étudiants, l'un composé de dyslexiques et l'autre de non dyslexiques".

Elle touche près de 700 millions de personnes dans le monde et pourtant, elle reste méconnue. Chez les personnes atteintes de la maladie, les chercheurs ont découvert que les récepteurs de la lumière situés dans les yeux sont similaires dans les deux organes. Celle de l'œil directeur est parfaitement circulaire tandis que l'autre a plutôt une forme de patate diffuse. Ils n'ont donc pas d'œil droit ou gauche directeur et l'image fantôme de la lettre ne va pas s'effacer. Les deux scientifiques ont voulu profiter de ce délai pour "déconcentrer " le cerveau et l'empêcher de s'intéresser à "l'image-miroir". L'autre, image fantôme en miroir, sera éliminée.

Selon les chercheurs, une symétrie trop parfaite des taches de Maxwell pourrait être à l'origine de ce trouble de l'attention. "Mais le cerveau ne tiendra pas compte de cette lettre fantôme", explique Albert Le Floch au journal Ouest-France. "Nous espérons que ça pourra déboucher sur de nouvelles approches de traitement de la dyslexie ", conclut Guy Ropars.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.