Les conséquences du retrait américain de l'organisation — UNESCO

Hamad bin Abdulaziz Al Kawari

Hamad bin Abdulaziz Al Kawari

[Mise à jour le 12 octobre à 18h54] Israël a annoncé jeudi se retirer de l'Unesco, pour les mêmes raisons que son allié américain. "Selon les autorités américaines, dans un communiqué, ce retrait est consécutif aux " partis-pris anti-israéliens persistants " de l'organisation qui se réunit depuis lundi pour élire son nouveau directeur général".

Le retrait des Etats-Unis et d'Israël de l'Unesco est confirmé. Ils avaient ainsi arrêté de participer à son financement en 2011 après que l'agence a admis la Palestine parmi ses Etats membres. Mais ils continuaient depuis à siéger au Conseil exécutif de l'Unesco. Washington avait déjà quitté l'Unesco entre 1984 et 2003.

Pour l'anecdote, les Etats-Unis comptent 23 sites inscrits au patrimoine mondial, culturel ou naturel. Il a également placé cette ville située dans les Territoires palestiniens sur la liste du patrimoine en péril. Or Hébron, qui abrite la mosquée d'Ibrahim et le tombeau des Patriarches, est située dans les territoires palestiniens occupés.

Le feu couve depuis des années sur fond de positions controversées de l'Unesco sur Jérusalem et Hébron, défendues par les pays arabes.

Créée le 16 novembre 1945 à la suite des dégâts et des massacres de la seconde guerre mondiale, l'UNESCO a pour objectif de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité en resserrant, par l'éducation, la science et la culture, la collaboration entre nations, afin d'assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l'Homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue ou de religion, que la Charte des Nations unies reconnaît à tous les peuples. Après avoir fustigé l'OTAN et s'être désengagé de l'accord de Paris, le président américain s'attaque désormais aux Nations unies, ce "club" où les gens "passent un bon moment", entravé par "la bureaucratie". "C'est une perte pour le multilatéralisme", commente-t-elle encore.

Invité du journal de 18h, au micro de Véronique Jacquier, Pascal Boniface n'y voit pas vraiment un coup dur pour l'organisme: "Pour l'Unesco, c'est un coup dur, mais dans la mesure où les États-Unis ne payaient plus leurs cotisations, ça ne change pas grand-chose". Ou encore "nous travaillons avec l'OSCE pour produire de nouveaux outils pour les éducateurs contre toutes les formes d'antisémitisme, comme nous l'avons fait pour combattre le racisme anti-musulman dans les écoles".

Quelques heures après l'annonce américaine, Israël a à son tour annoncé son prochain retrait de l'institution, la qualifiant de "théâtre de l'absurde où l'on déforme l'histoire au lieu de la préserver". Les Etats-Unis souhaitaient depuis cet été réexaminer ses liens avec l'Unesco après un événement qui n'avait apparemment pas plu à Donald Trump. La Française Audrey Azoulay, 45 ans, ancienne ministre de la Culture, est candidate. Ces valeurs, ces idées font partie de l'ADN de la France mais aussi de l'ADN des Etats-Unis.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.