Leclerc satisfait des annonces de Macron — Alimentation

30 % des agriculteurs français percevaient moins de 300 euros par mois en 2016. Il y a urgence à rééquilibrer le rapport de force avec la grande distribution

30 % des agriculteurs français percevaient moins de 300 euros par mois en 2016. Il y a urgence à rééquilibrer le rapport de force avec la grande distribution

Une nouvelle loi, dont le contenu visera à rééquilibrer les contrats entre les agriculteurs, les industriels et les distributeurs: c'est ce qu'a annoncé ce mercredi le président de la République, Emmanuel Macron, présent à Rungis pour un point de mi-parcours des Etats généraux de l'Alimentation. Emmanuel Macron a demandé que ce nouveau mode d'établissement des prix prenne effet dès les négociations commerciales annuelles qui démarrent en novembre. "La revalorisation du seuil de revente à perte était un sujet crispant, il l'a cadencé", a également salué Mme Lambert: "il y a des avancées que nous attendions, il a parlé d'ordonnances pour aller vite, ceci nous satisfait".

"En annonçant qu'il était favorable au relèvement du seuil de revente à perte sur les seuls produits alimentaires et selon les filières, Macron a dû décevoir pas mal d'actionnaires de nos concurrents ou des multinationales", a-t-il ajouté.

La présidente de la FNSEA Christiane Lambert a apprécié mercredi la compréhension par Emmanuel Macron des "enjeux" pesant sur l'agriculture française, tout en souhaitant des "clarifications" sur les engagements pris par le président.

Mme Lambert s'est félicitée de la reprise par le chef de l'Etat d'un "certain nombre" de propositions formulées par les ateliers des états généraux. Accusation relayée par les inquiétudes de l'association de consommateurs UFC-Que Choisir qui a estimé qu'un " relèvement de 15 % du seuil de revente à perte, comme évoqué, se traduirait dès 2018 par une hausse des prix (au total) de 1,4 milliard d'euros ". Ce mercredi soir, Emmanuel Macron devrait proposer que les prix payés aux agriculteurs soient fixés à partir de leur coût de revient, sur lequel transformateurs et distributeurs appliquent ensuite leur marge, et non le contraire comme c'est le cas aujourd'hui. Une démarche qui a provoqué la colère de Michel-Edouard Leclerc qui a dénoncé cette hausse massive des prix qui s'annonce chez la concurrence de ses propres établissements, et qui ne serait qu'une manœuvre effectuée sous couvert d'aider les agriculteurs.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.