Deux Tunisiens arrêtés en Suisse après l'attentat de Marseille

Un policier devant la gare Saint Charles à Marseille peu après l'attaque

Un policier devant la gare Saint Charles à Marseille peu après l'attaque

Ancien combattant de l'Etat islamique en Syrie, il serait à l'origine de la radicalisation de son frère Ahmed.

La France va désormais délivrer un mandat d'arrêt européen afin qu'il "soit remis dès que possible à la justice française".

L'attaque a été revendiquée par l'organisation terroriste Daech.

Le 1er octobre, Ahmed Hanachi, un Tunisien de 29 ans, avait tué deux cousines à coups de couteau, gare Saint-Charles, à Marseille, avant d'être abattu par des militaires de l'opération Sentinelle. Anis était en fuite, Anouar avait été laissé libre.

L'Office fédéral de la police (fedpol) a ordonné l'arrestation, dimanche soir à Chiasso (TI), de deux personnes qui présentent potentiellement un risque pour la sécurité intérieure de la Suisse.

"L'homme est connu des services de police étrangers pour ses liens avec la mouvance terroriste jihadiste". Les autorités tunisiennes ont annoncé mardi avoir relâché un frère et une sœur du tueur parce estimant qu'ils " n'ont rien à voir " avec l'attentat au couteau. "Le frère et la soeur d'Ahmed H. sont en détention préventive depuis vendredi", avait indiqué le porte-parole du pôle judiciaire antiterroriste, précisant qu'aucun autre proche n'avait été interpellé dans ce pays. Radicalisé lui-aussi et en fuite, il aurait pu jouer un rôle dans la préparation de l'attentat.

Il avait néanmoins souligné ne plus avoir de contact depuis deux mois avec ses trois fils vivant en Europe illégalement selon lui.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.