Équipe de France : Dugarry avoue ne plus rien comprendre avec Deschamps

Dimitri Payet

Dimitri Payet

Pour le sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps, le Parisien est simplement bon partout. "Il n'y a pas qu'un schéma", a-t-il notamment déclaré, comme pour jeter un doute sur le maintien du 4-4-2 mis en place depuis plus d'un an maintenant.

Décalage assez saisissant entre la pression médiatique et celle qu'ont l'air de se mettre les Bleus dans les entrailles du stade Vassil-Levski de Sofia, vendredi soir. A deux journées de la fin, les Bleus ne comptent qu'un seul point d'avance sur l'équipe de Suède. Ce qui était pourtant loin d'être gagné. "Il faut qu'on soit meilleur dans la finition par rapport au match face au Luxembourg". Emmanuel Petit n'a d'ailleurs pas attendu le match en Bulgarie pour lancer ses premières flèches, militant clairement pour le changement en vue de la Coupe du monde.

Comme il y a 24 ans rien n'est encore joué avant les deux derniers matchs.

En conférence de presse à la veille de Bulgarie-France, Hugo Lloris a reconnu que les Bleus n'avaient plus de joker dans ces éliminatoires.

Sur un centre trop long de David Ginola alors que le score est de 1-1 dans les ultimes secondes de jeu, la contre-attaque bulgare est fulgurante et achevée par une frappe puissante de Kostadinov qui percute la barre et vient mourir dans les filets de Bernard Lama (1-2).

"La plupart n'étaient pas nés (en 1993, ndlr)", a justement rappelé Didier Deschamps pour protéger ses joueurs même si les Bulgares peuvent une nouvelle fois jouer un très mauvais tour aux Français sur le chemin de la Russie, samedi à Sofia. Il a l'expérience et il a fait un Euro où il a été très performant.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.