Corée du Nord: Trump recadre Tillerson, qui voulait négocier avec "Rocket Man"

Les Etats-Unis assurent être en contact avec la Corée du Nord pour jauger sa volonté de dialoguer

Les Etats-Unis assurent être en contact avec la Corée du Nord pour jauger sa volonté de dialoguer

Ce dimanche, le président des États-Unis a demandé à son secrétaire d'État d'arrêter de chercher à discuter avec le régime autoritaire. Il discutera avec ses interlocuteurs chinois de la "dénucléarisation de la péninsule coréenne", mais aussi de commerce et d'investissement, selon le Département d'Etat. Le chef de la diplomatie US est appelé à préparer la première visite du président américain, prévue en novembre dans le cadre d'une tournée asiatique. Dans ce contexte international tendu, les Etats-Unis comptent sur la Chine, traditionnel allié de Pyongyang et son principal et quasi unique partenaire commercial, pour faire pression sur son voisin.

Lors de sa visite en Chine, le Secrétaire d'État américain Rex Tillerson a déclaré que Washington avait des " canaux de communication " avec Pyongyang. Souhaitant visiblement donner des gages de bonne volonté avant l'arrivée du chef de la diplomation américaine, Pékin a ordonné jeudi la fermeture des entreprises nord-coréennes établies en Chine.

"Nous posons des questions". "Nous avons deux ou trois canaux ouverts avec Pyongyang (.) Nous pouvons leur parler, nous leur parlons", avait assuré aux journalistes Rex Tillerson, alors que les deux pays n'ont pas de relations diplomatiques. Elle s'est aussi engagée à limiter drastiquement ses exportations de pétrole vers la Corée du Nord. "Nous ne sommes pas dans une situation sombre", a-t-il ajouté.

M.Tillerson a annoncé samedi, au lendemain de ses entretiens avec le Président chinois Xi Jinping, que les autorités américaines restaient en contact avec Pyongyang et qu'elles étudiaient les possibilités d'entamer un dialogue malgré la montée des tensions entre MM.Trump et Kim et l'adoption de nouvelles sanctions par les États-Unis. "J'applaudis la Chine pour avoir rompu tout lien bancaire avec la Corée du Nord", a dit mardi Donald Trump, une semaine après avoir salué cette mesure "très courageuse " et "inattendue", en référence au fait que les grandes banques du pays refusent désormais les clients nord-coréens.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.