Un mariage, mais à quel prix — Alstom-Siemens

Vers un mariage entre Siemens et Alstom dans le ferroviaire

Vers un mariage entre Siemens et Alstom dans le ferroviaire

Le 20 juin 2014, en pleine bataille pour la conquête d'Alstom Energie, Siemens, allié au japonais Mitsubishi, avait proposé, in fine, pour contrer l'américain General Electric, d'apporter la totalité de ses activités mobilité (matériel de transport, y compris la signalisation) à une coentreprise gérée avec Alstom.

La fusion entre Alstom et les activités ferroviaires de Siemens, dont le principe a été entériné ce mardi soir par les conseils des deux entreprises selon nos informations, vire à l'épreuve politique pour le gouvernement. Les actionnaires existants d'Alstom à la clôture du jour précédant la date de la finalisation de la transaction recevront également deux dividendes spéciaux, dont une prime de contrôle de 4 euros par action payée "rapidement" après la réalisation de l'opération, et un dividende extraordinaire d'un montant maximum de 4 euros par action.

Le nouveau groupe sera côté en France avec son siège sera installé en région parisienne.

LEtat français confirme qu'il met fin au prêt de titres Alstom consenti par Bouygues selon les termes de laccord au plus tard le 17 octobre 2017 et quil nexercera pas les options dachat données par Bouygues, est-il aussi précisé dans le communiqué. En échange, Alstom procéderait à une augmentation de capital et attribuerait des actions à Siemens.

Le rapprochement vise à faire le poids face à la concurrence internationale, et en particulier le chinois CRRC, premier constructeur ferroviaire au monde qui lorgne sur les marchés européens.

L'opération a été avalisée par le gouvernement français, qui vend l'affaire comme un "Airbus du rail" créé pour contrer l'offensive low-cost du mastodonte chinois CRRC.

Concernant l " Etat, il veillera à ce que le rapprochement en négociations entre le groupe Alstom et les activités ferroviaires de l'allemand Siemens aboutisse à "un mariage entre égaux", a assuré mardi Benjamin Griveaux, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie.

Un porte-parole de Siemens a refusé de commenter cette information et Alstom n'était pas disponible dans l'immédiat. Le rapprochement des deux groupes représente une opportunité de créer un leader mondial puissant dans la signalisation, indiquait Barclays lundi, en estimant qu'une réduction de 2% des coûts opérationnels de ces activités permettrait une amélioration de 26% de leur résultat opérationnel. Il rejoint sur ce point les syndicats, très inquiets pour les emplois sur le site belfortain.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.