RDC : le gouvernement dément des violences contre des réfugiés

RDC-Au moins 18 réfugiés burundais auraient été tués dans un camp

RDC-Au moins 18 réfugiés burundais auraient été tués dans un camp

Selon les sources, les réfugiés abattus exigeaient la libération de quatre des leurs arrêtés dans la nuit de mercredi à jeudi, puis rapatriés dans leur pays.

En République démocratique du Congo, le dernier bilan fait état de 38 morts - 37 réfugiés burundais et un militaire congolais - dans des violences qui ont éclaté, vendredi 15 septembre, à Kamanyola, au Sud-Kivu. Depuis, les autres réfugiés burundais "sont toujours dans une base de la Monusco", a-t-elle indiqué. Par ailleurs, elle apporte une assistance au tri, aux soins et à l'évacuation des blessés. D'après les témoignages recueillis par l'AFP, ces réfugiés ont, pour la plupart, fuit la "persécution religieuse" du gouvernement burundais. L'armée aurait voulu les conduire hors de la RDC, "c'est-à-dire chez eux, au Burundi", mais "plusieurs d'entre eux ont réagi", a poursuivi le porte-parole.

Qu'à cela ne tienne, le ministre burundais des Relations extérieures et de la Coopération internationale, Alain-Aimé Nyamitwe, consterné, a exigé des explications de Kinshasa sur cet incident, La diplomatie burundaise exige aussi une enquête de la part de Kinshasa et de l'ONU pour éclairer sur les circonstances ayant conduit à cet incident.

Le Burundi traverse une grave crise politique émaillée de violences depuis la candidature en avril 2015 du président Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé et sa réélection en juillet de la même année. Dans un communiqué reçu à Bruxelles, M. Sidikou a condamné ces actes de violence et il a présenté ses sincères condoléances aux familles des victimes.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.