Immigration aux USA : l'administration Trump sanctionne la Guinée

Donald Trump le 9 juin 2017. — ANDEL NGAN  AFP

Donald Trump le 9 juin 2017. — ANDEL NGAN AFP

L'élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis en 2016 a été synonyme de durcissement des conditions d'immigration.

L'affaire "rapatriement des Guinéens jugés illégaux et encore sur le territoire américain", a poussé les Etats-unis à prendre des mesures fermes qui en réalité sont une forme de pression faite sur le gouvernement guinéen et ses officiels, qui tardent à ramener au bercail ses ressortissants indésirables au pays de l'Oncle Sam.

La menace de l'administration Trump mise à exécution.

" Nous sommes tous surpris par la décision des autorités américaines, mais le ministre des Affaires étrangères travaille actuellement pour que la situation rentre dans l'ordre", a déclaré le porte-parole du gouvernement guinéen Damantang Albert Camara.

En plus de la Guinée, trois autres pays africains sont concernés par cette restriction pour les mêmes causes, notamment la Sierra Léone, le Cambodge et l'Erythrée.

Pourtant un pays comme la Guinée de Alpha Condé qui doit, à lui seul, rapatrier plus de 2 000 émigrés des États-Unis, avait promis au mois de juin de coopérer avec les autorités américaines afin de trouver la meilleure formule de rapatriement de ses ressortissants. Ainsi, depuis mercredi 13 septembre, l'ambassade des Etats-Unis en Guinée a interrompu la délivrance de visas B, F, J et M "aux officiels guinéens ainsi qu'aux membres de leurs familles proches, avec quelques exceptions limitées",précise la même source. "Les frais de demande de visa ne seront pas remboursés".

En représailles, les USA ont décidé d'interdire l'accès au Visa à certains officiels guinéens.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.