Glyphosate. Des traces trouvées dans des produits de consommation courante

Pixabay

Pixabay

A la question "Que répondez-vous à Générations Futures, qui dénonce la présence de glyphosate jusque dans les aliments?", posée par l'Usine Nouvelle, le porte-parole de la plateforme Glyphosate France, Emilien Guillot-Vignot, se défend en expliquant que "l'utilisation du glyphosate est réglementée, avec des seuils limites de résidus dans l'alimentation jugés acceptables par les autorités sanitaires, comme pour toute matière active". Résultats, plus de la moitié était contaminée aux pesticides. L'association de défense de l'environnement a fait analyser par un laboratoire certifié 30 produits alimentaires achetés en supermarché.

Les analyses de Générations Futures ont, elles, porté sur 8 échantillons de céréales de petit-déjeuner, 7 de pâtes alimentaires et 3 de petits pains secs ou biscottes. Résultats, sur 30 échantillons analysés, 16 contenaient du glyphosate.

Côté pâtes alimentaires, elles sont moins souvent contaminées. Parmi les légumineuses et notamment les lentilles, les produits lentilles vertes Vivien Paille et lentilles blondes Leader Price ainsi que les pois chiches St Eloi et Leader Price font partie des produits incriminés par l'ONG, précise France Info.

"Lorsqu'un pesticide est couramment utilisé sur un fruit, un légume ou une céréale, la LMR (Limite Maximale en Résidus) de ce pesticide aura tendance à être élevée ce qui limite les risques de dépassement..."

Première évidence pour Générations Futures: il faudrait plus de moyens pour connaître vraiment et faire la transparence sur la composition de ce qu'on mange tous les jours, afin que les consommateurs aient les informations nécessaires pour choisir en toute connaissance de cause ce qu'ils veulent mettre (ou pas) dans leurs assiettes.

L'ONG s'appuie sur le rapport du toxicologue Peter Clausing, qui démontre que le glyphosate aurait pu être classifié comme cancérogène selon les standards européens actuels. En revanche, "aucun des 3 autres produits à base de céréales (petits pains secs, biscottes)" ne contenait de glyphosate. En avril dernier, l'ONG avait analysé les urines de 30 personnes aux profils et modes de vie variés: dans 100 % des cas, les urines contenaient des traces de glyphosate. Le produit est surveillé de près par certaines ONG depuis qu'il a été classé il y a deux ans comme cancérogène probable par l'Organisation mondiale de la santé. Pourtant, depuis deux ans, c'est une éternelle bataille législative et scientifique. Or ce produit chimique de synthèse est considéré par les experts du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) comme " probablement cancérogène " pour l'Homme.

Le bon sens, l'obligation de protéger la santé des consommateurs, la pression des ONG et des Etats opposés à cette ré-autorisation.parviendront-ils à convaincre les technocrates de l'UE de renoncer à cette décision?

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.