Une voiture percute des manifestants et tue une personne — Manifestation à Charlottesville

En Virginie les antiracistes ont éclipsé le Ku Klux Klan

En Virginie les antiracistes ont éclipsé le Ku Klux Klan

Il a ajouté un peu plus tard que la "haine, la bigoterie et la violence" s'exprimaient "de tous les côtés". Les autorités ont finalement décidé d'interdire ce rassemblement. Plusieurs manifestants ont été interpellés.

Le gouverneur de l'Etat américain de la Virginie a appelé vendredi les habitants à éviter de se rendre à un rassemblement d'extrême droite pour lequel la Garde nationale a été mise en alerte face aux risques de débordements.

En effet, les organisations radicales manifestaient pour protester contre la municipalité qui entend retirer d'un jardin municipal la statue du général sudiste, qui a commandé les troupes des Etats esclavagistes durant la Guerre de Sécession (bien qu'étant lui-même opposé à l'esclavage).

Baptisé "Unite the Right Rally", le rassemblement bénéficie de la présence de différents responsables de la mouvance Alt-Right, enhardie par la présidence de Donald Trump.

Comment ont réagi les autorités?

Les violences ont commencé avant même le début du rassemblement. "Tant qu'ils le font pacifiquement, c'est leur droit", a souligné M. McAuliffe. Le gouverneur démocrate de la Virginie avait indiqué avoir donné comme instruction aux forces de l'ordre "d'agir rapidement et de façon décisive" au cas où des débordements surviendraient. Plusieurs militants d'extrême droite affichaient des symboles nazis, et d'autres encadraient les manifestants équipés de fusils semi-automatiques, ce qui est légal dans l'état de Virginie.

"Cet événement pourrait offrir une vitrine historique de haine, en rassemblant en un seul lieu un nombre d'extrémistes inédit depuis au moins une décennie", a averti Oren Segal, directeur du Centre sur l'extrémisme de l'Anti-Defamation League (ADL), une association de lutte contre l'antisémitisme.

Des membres du Ku Klux Klan défilent dans les rues de Charlottesville (Etats-Unis), le 8 juillet 2017. "Ce n'est pas Donald Trump, ce n'est pas Barack Obama, cela se passe depuis très longtemps", a-t-il assuré. Certains membres des groupes d'extrême droite défilaient d'ailleurs casqués et armés de bâtons et de boucliers. Jason Kessler, l'organisateur du rassemblement, avait estimé sur Twitter que cette mesure équivalait à une "attaque contre la liberté d'expression et les droits civiques".

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.