Les députés se lèvent en hommage aux militaires — Attaque de Levallois

Levallois-Perret : un véhicule recherché après avoir renversé des militaires de l'opération Sentinelle

Levallois-Perret : un véhicule recherché après avoir renversé des militaires de l'opération Sentinelle

"Nous savons que c'est un acte délibéré et pas accidentel". La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie.

L'attaque a eu lieu vers 08H00 (06H00 GMT) en plein centre de Levallois-Perret, selon la préfecture de police de Paris. En riposte, les policiers ont tiré sur lui à plusieurs reprises, le blessant avant de le capturer.

La ministre des Armées, Florence Parly, a rendu visite lundi à des militaires qui patrouillaient sous la Tour Eiffel pour leur dire que Sentinelle resterait "en place tant qu'elle sera utile à la protection des Français". Selon une information relayée par la chaîne BFMTV, le suspect serait inconnu des services de police. " Ceux-ci ont donc ouvert le feu". Parce qu'ils représentent l'Etat et l'ordre public, policiers et militaires sont des cibles de choix pour les islamistes radicaux.

Le policier blessé l'aurait été par une balle perdue et non par une éventuelle arme détenue par le suspect. Actuellement, seule sa date de naissance a été dévoilée: novembre 1980.

Suite à cette attaque, le parquet de Paris a ordonné l'ouverture d'une enquête en flagrance, notamment pour tentatives d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en lien avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle. La voiture soupçonnée d'avoir percuté ces hommes a été interceptée en début d'après-midi sur l'autoroute en direction du nord de la France.

Si les enquêteurs confirment qu'il s'agit du véhicule qui a percuté les militaires à Levallois-Perret, ils ne confirmaient pas à ce stade que le conducteur arrêté était bien celui qui a renversé les soldats. L'acte a été qualifié d'"a priori volontaire".

À en croire le maire de la ville, Patrick Balkany, il s'agit "sans aucun doute" d'un acte "délibéré". "Nous craignions ce matin qu'ils soient gravement atteint, ce n'est pas le cas", a ajouté Gérard Collomb, le ministre de l'Intérieur, parlant des trois militaires plus gravement touchés. "Des militaires de l'opération Sentinelle sont sortis en rang pour faire leur tournée et il y a un véhicule BMW qui était prépositionné dans l'allée et qui leur a foncé dessus au moment de retrouver leur véhicules", a-t-il dit. Ce mercredi matin, aux alentours de 8h00, un véhicule a foncé en direction de six militaires de l'opération Sentinelle.

Quatre des soldats ont subi des blessures légères et deux ont été hospitalisés dans l'hôpital militaire de Percy, au sud de Paris. Le même scénario se reproduisit en janvier 2016, devant une mosquée de Valence. Ce n'est pas la première fois que des soldats sont attaqués depuis le déploiement de cette opération.

Après l'ex-Premier ministre Manuel Valls, l'actuel Premier ministre Edouard Philippe a exprimé sur Twitter son "soutien" aux six militaires blessés dans l'attaque.

A droite comme à gauche, les réactions sont unanimes et condamnent, comme le député socialiste de la Sarthe Stéphane Le Foll, " un lâche attentat ".

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.