Une pétition contre le statut de Première dame

Le texte dénonce le fait que Brigitte Macron pourrait bénéficier d’un budget sur les fonds publics

Le texte dénonce le fait que Brigitte Macron pourrait bénéficier d’un budget sur les fonds publics

Depuis l'accession d'Emmanuel Macron au pouvoir, la Première dame a effectué un déplacement par semaine environ. L'auteur, Thierry Paul Valette, fondateur d'un mouvement de lutte contre la corruption, nommé l'Egalité nationale, reproche au président de la République qu'il puisse prendre cette décision seul, sans consultation préalable du peuple donc. Il est à l'origine d'une pétition, "contre le statut de première dame pour Brigitte Macron", qui a déjà réuni plus de 150 000 signatures en seulement deux semaines sur Internet. Thierry Paul Valette qui se pré- sente comme "un artiste peintre " et "un citoyen engagé", conteste tout autant le fond que la forme de ce projet.

"Brigitte Macron joue un rôle, a des responsabilités". Une pétition lancée sur le site change.org s'opposant à ce rôle spécifique, a recueilli ce samedi, plus de 100000 signatures. "Nous sommes dans une période de moralisation de la vie politique française".

Au cours de sa campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait déclaré que la Première dame aura "un rôle, un vrai statut, une vraie capacité à faire".

Mais à l'heure où le gouvernement prône l'économie sur les dépenses publiques, la pétition de Thierry Paul Valette rencontre de plus en plus d'écho sur la toile. Actuellement, la Première dame dispose d'un chef de cabinet, d'un attaché de presse, de deux secrétaires ainsi que de gardes du corps. Aujourd'hui, Brigitte Macron dispos déjà d'un bureau et d'une équipe de collaborateurs, en attendant qu'une équipe de juriste dévoile les contours précise de son rôle et des moyens mis à sa disposition.

La question était polémique, l'Élysée a choisi de clarifier la situation quant au statut de la première dame, quitte à devoir se justifier. En 2014, la Cour des comptes avait ainsi chiffré cette enveloppe à 450 000 euros, une somme correspondant aux frais liés à l'emploi de chauffeurs, collaborateurs et autres agents de sécurité.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.