Samsung : 12 ans de prison requis contre l'héritier pour corruption

Lee Jae-Yong vice-président de Samsung Electronics escorté par des gardes se rend au tribunal à Séoul le 2 août 2017

Lee Jae-Yong vice-président de Samsung Electronics escorté par des gardes se rend au tribunal à Séoul le 2 août 2017

Totalement dévasté et en larmes, l'actuel président de Samsung, Jay Y Lee, a une nouvelle fois plaidé son innocence avant le réquisitoire impitoyable du procureur en charge de l'affaire.

Le parquet sud-coréen a requis lundi 12 ans de réclusion à l'encontre de l'héritier de l'empire Samsung dans le vaste scandale de corruption à tiroirs qui a emporté l'ex-présidente Park Geun-Hye.

Le jugement est attendu le 25 août.

Si les juges suivent les réquisitions du parquet, il s'agirait d'une des sentences les plus sévères jamais infligée à un patron de chaebol, ces énormes conglomérats qui dominent l'économie sud-coréenne. Concernant les 4 autres dirigeants de Samsung impliqués dans l'affaire (dont Choi Gee-sung, le directeur de la stratégie de Samsung), le procureur requiert des peines allant de 7 à 10 ans de prison.

Lee Jae-yong est soupçonné d'avoir versé des dizaines de millions de dollars à Choi Soon-sil, confidente de longue date de la présidente destituée, en échange de son soutien dans la fusion controversée en 2015 de deux filiales de Samsung pour créer une compagnie financière. Cette opération - réunissant Samsung C&T et Cheil Industries - avait été dénoncée par de multiples actionnaires qui estimaient que C&T avait été délibérément sous-évaluée.

M. Lee était le "bénéficiaire ultime" des délits commis lors de ce scandale, a-t-il martelé.

"Les prévenus entretenaient des liens rapprochés avec le pouvoir et cherchaient à obtenir des bénéfices personnels."

Lee, 49 ans, est également accusé d'avoir détourné des fonds, caché des actifs à l'étranger, dissimulé des revenus et effectué de faux témoignages. Ses avocats arguent que l'accusation ne tient pas debout et que les prévenus n'ont jamais rien cherché à obtenir en retour des sommes versées.

Depuis la crise cardiaque de son père en 2014, M. Lee dirige de fait le mastodonte dont le navire amiral, Samsung Electronics, est le premier fabricant mondial de smartphones. Samsung pèse un cinquième du PIB sud-coréen.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.