L'unique centre de déradicalisation de France a fermé ses portes

Le ministère de l'Intérieur a annoncé la fermeture de l'unique centre de déradicalisation de France situé à Pontourny en Indre-et-Loire

Le ministère de l'Intérieur a annoncé la fermeture de l'unique centre de déradicalisation de France situé à Pontourny en Indre-et-Loire

Pour rappel, cette structure visait à "préparer, proposer et dispenser une offre et un programme pédagogique utilise à la réinsertion de jeunes radicalisés". "L'expérimentation...a montré ses limites", assure le ministère. "Malgré la compétence, la détermination et l'investissement des personnels du centre, qui ont démontré leur savoir-faire pour assurer une prise en charge pluridisciplinaire des bénéficiaires, l'expérience ne s'est pas révélée concluante. Le gouvernement a ainsi décidé de mettre un terme à l'expérimentation conduite à Pontourny, sur la commune de Beaumont-en-Veron".

L'unique centre de déradicalisation de France, situé dans le département de l'Indre-et-Loire (centre), va être fermé, a annoncé vendredi le ministère de l'Intérieur. Le centre de prévention, d'insertion et de citoyenneté n'a finalement accueilli que 11 pensionnaires au total, pour une capacité de 25 places.

Il n'accueillait plus de pensionnaires depuis février. Le centre avait vu partir son dernier pensionnaire après que celui-ci avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour des faits de violences familiales. Il avait tenté de rejoindre la Syrie deux fois.

Selon le ministre de l'Intérieur, cette fermeture ne signifie pas la fin de la politique de prise en charge des personnes en voie de radicalisation. Le gouvernement étudiera la possibilité d'ouvrir des structures de petite taille. La secrétaire générale du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) a été chargée de faire des propositions en ce sens qui seront examinées dans le cadre d'un comité interministériel de prévention de la radicalisation, qui sera réuni par Édouard Philippe à l'automne.

L'idée défendue était plutôt de " former et structurer les réseaux de travailleurs sociaux: Maison des adolescents, éducateurs spécialisés, missions locales, Fédération des psychologues...

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.