Pékin contre des "discours ou actes" aggravant les tensions — Corée du Nord

La Corée du Nord de Kim Jong-un a procédé à des dizaines de tirs de missiles et à deux essais nucléaires depuis le début 2016

La Corée du Nord de Kim Jong-un a procédé à des dizaines de tirs de missiles et à deux essais nucléaires depuis le début 2016

En ce jour où les États-Unis célèbrent 241 ans d'indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni, la Corée du Nord déclare avoir testé son premier missile balistique intercontinental avec succès. L'engin est tombé en mer Orientale, appellation coréenne de la mer du Japon. Il a selon l'armée sud-coréenne parcouru "plus de 930 kilomètres".

Lors d'une première annonce, le Commandement américain du Pacifique a décrit l'arme comme étant un missile à moyenne portée, plutôt qu'un missile balistique intercontinental, écrit le New York Times. Mais les Etats-Unis ont reconnu par la suite qu'il s'agissait bien d'un ICBM.

De nombreuses résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU interdisent pourtant à Pyongyang de poursuivre ses programmes balistique et nucléaire. "Peut-être que la Chine va-t-elle imposer un geste lourd à la Corée du Nord et mettre fin à ce non-sens une bonne fois pour toutes", a ajouté le 45e président des États-Unis.

Si la Chine dispose avec son poids économique d'un moyen de pression sur la Corée du Nord, cela ne signifie pas pour autant qu'elle puisse la convaincre d'abandonner son programme nucléaire, note-t-il.

L'ambassadeur de la Chine aux Nations unies, Liu Jieyi, a prévenu lundi qu'une nouvelle accentuation de tensions déjà élevées avec la Corée du Nord risquait de créer une situation hors de contrôle, et que les conséquences seraient désastreuses. Les données russes contredisent toutefois ces affirmations: selon le ministère russe de la Défense, le missile était de portée intermédiaire et a atteint une altitude de 535 km.

Le tir de mardi était un "nouveau numéro d'équilibriste soigneusement calculé, soigneusement calibré" du Nord, a estimé Cho Han-Bum, expert à l'Institut coréen pour l'unification nationale. Sa longue portée rapproche la dictature de son objectif: Pouvoir atteindre les Etats-Unis.

Cette approche pourrait consister à sanctionner les entreprises chinoises, banques notamment, qui commercent avec la Corée du Nord.

Mais le missile intercontinental de Pyongyang change la donne. Retour sur les capacités militaires réelles de Pyongyang.

"Dans les prochains jours, nous présenterons (.) une résolution proportionnée à l'escalade de la Corée du Nord", a ajouté Mme Haley. En comparaison avec la fusée, qui a été lancée d'un pas de tir complexe, le missile testé mardi semble avoir utilisé un carburant différent et un meilleur moteur, indique M. Lewis. L'agence KCNA a assuré que le lancement de mardi avait répondu à "tous les critères technologiques, y compris la résistance à la chaleur et la stabilité structurelle de l'ogive" nécessaire pour qu'elle rentre sans dommages dans l'atmosphère.

"Nous ne regarderons pas exclusivement la Corée du Nord". Le président américain a fortement réagi à cette nouvelle provocation de Kim Jong-un à travers un tweet lapidaire: "Ce type n'a-t-il rien à faire de sa vie?" Mais connaissant la nature du locataire de la Maison Blanche, Donald Trump, il est peu probable que les Nord-Coréens soient entendus. Il n'a toutefois pas spécifié ce que ce terrain pourrait être, mais a suggéré qu'il pourrait être plus difficile pour M. Xi de soutenir Pyongyang.

Les Etats-Unis "essaient de tester notre détermination et ignorent nos avertissements", a déclaré Kim Jong-un, cité par KCNA.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.