Neuf morts, quarante personnes kidnappées dans une attaque de Boko Haram — Niger

Réfugiés syriens

Réfugiés syriens

La région de Diffa, qui compte quelque 600 000 habitants, subit depuis 2015 des attaques récurrentes de Boko Haram.

Dans la nuit de dimanche à lundi, la localité de Ngalewa à 110 km à l'est de Diffa a été attaquée. Dimanche 2 juillet, des "éléments " du groupe terroriste ont enlevé 37 femmes et tué neuf personnes dans un village du sud-est du Niger, près de la frontière avec le Nigeria, a annoncé mardi le gouverneur de la région de Diffa au Niger.

Selon des villageois, les assaillants seraient venus à dos de chameaux et de chevaux.

C'est la seconde attaque dans la région en moins d'une semaine. Ils ont traversé toutes les zones marécageuses du lac Tchad avant de s'en prendre au village. Plus tôt, le président du Niger, Mahamadou Issoufou, avait affirmé en mars dernier que Boko Haram était " en train d'être affaibli " par la coalition des armées régionales.

La recrudescence des attaques de Boko Haram et l'afflux de Nigérians de retour du Cameroun augmentent la pression sur les camps de déplacés déjà surchargés dans le nord-est du Nigeria, a estimé samedi l'ONU, qui met en garde contre les retours forcés de civils dans leur pays.

Le Haut-commandement militaire qui a salué "la bravoure, le courage, le professionnalisme et le patriotisme des forces de défense et de sécurité nationales", a appelé les uns et les autres à "la vigilance pour la victoire totale contre ces obscurantistes de Boko Haram ". En difficulté, le groupe terroriste privilégie les enlèvements et attentats suicides.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.