Libération du Nobel de la paix Liu Xiaobo atteint d'un cancer — Chine

La Chine libère le Nobel de la paix Liu Xiaobo

La Chine libère le Nobel de la paix Liu Xiaobo

Le prix Nobel de la paix chinois Liu Xiaobo a été libéré de prison après avoir été diagnostiqué le mois dernier avec un cancer du foie en phase terminale, a annoncé lundi son avocat à l'AFP. Le diagnostic a été fait le 23 mai et l'intellectuel dissident, incarcéré depuis près de huit ans, a bénéficié, quelques jours plus tard, d'une mise en liberté conditionnelle. Il a été hospitalisé dans un hôpital universitaire de Shenyang, dans la province du Liaoning, dans le nord-est de la Chine. Il n'a aucun projet particulier.

Arrêté une troisième fois en décembre 2008, peu avant la publication de la Charte 08 à laquelle il avait participé, Liu Xiaobo a été condamné en 2009 à une peine de onze ans de prison pour "incitation à la subversion du pouvoir de l'État".

L'attribution du Nobel avait suscité une vive colère de Pékin, qui avait gelé ses relations de haut niveau avec la Norvège, tandis que s'effondraient les exportations de saumon norvégien vers la Chine, où le militant des droits de l'Homme est qualifié de "criminel".

La libération de Liu Xiaobo restait largement censurée sur l'internet chinois, où l'accès aux pages faisant apparaître son nom était bloqué par les moteurs de recherche.

"Les autorités chinoises doivent immédiatement s'assurer que Liu Xiaobo reçoive un traitement médical adapté, avec un accès effectif à sa famille", a-t-il ajouté.

Liu, ancien professeur de littérature à l'Université normale de Pékin, a d'abord été emprisonné pendant 21 mois dans la foulée de la répression des manifestations de la Place Tiananmen de 1989, en raison de son soutien aux étudiants qui participaient à des rassemblements pacifiques.

Enfermé dans un camp de rééducation "par le travail" entre 1996 et 1999 et exclu de l'université, il était devenu l'un des animateurs du Centre indépendant Pen Chine, un regroupement d'écrivains. Il garde un contact étroit avec le monde intellectuel, contournant la censure pour diffuser ses livres et essais à Hong Kong. "Il faut cesser la pratique consistant à traiter des écrits en crime", insistait le texte. Il a été condamné à la prison en 2009 après avoir publié un document faisant la promotion de la démocratie dans son pays. Depuis, les Etats-Unis et l'Union européenne n'ont cessé de réclamer sa libération, à l'unisson d'une vaste mobilisation internationale. "Liu Xiaobo s'est vu diagnostiquer une maladie grave en prison, où il n'aurait jamais dû se trouver", a réagi auprès de l'AFP Patrick Poon, un chercheur de l'ONG Amnesty International. Elle n'a pas pu être jointe lundi par l'AFP.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.