Un fiché S n'aurait pas dû bénéficier d'un permis d'armes

Champs-Élysées une voiture percute un fourgon de gendarmerie

Champs-Élysées une voiture percute un fourgon de gendarmerie

Ce qu'on sait également, toujours selon LCI, c'est que l'individu est fiché S depuis septembre 2015 pour affiliation à la mouvance islamiste radicale, qu'il était sous le coup depuis septembre 2014 d'un mandat d'arrêt de la justice tunisienne pour terrorisme. ll avait été appréhendé avec un groupe d'hommes équipés de talkies-walkies et d'armes blanches.

Titulaire d'une autorisation de détention d'armes dans le cadre de sa pratique du tir sportif, il avait demandé son renouvellement en novembre 2016 et l'avait obtenu auprès de la préfecture en 2017.

Lundi, peu avant 16 heures, Adam Dzaziri n'a pas fait d'autre victime que lui-même quand il a foncé contre un véhicule des gendarmes mobiles, près de deux mois après l'assassinat d'un policier le 20 avril par un jihadiste tué par les forces de l'ordre, déjà à deux pas du Rond-Point des Champs-Elysées. Il a succombé peu de temps, ont expliqué des sources policières sans préciser les causes de la mort. Ce mode opératoire et ce type de cible sont préconisés par les djihadistes.

Une bonbonne de gaz, une kalachnikov, deux armes de poing et un important stock de munitions ont été retrouvés dans le véhicule de l'assaillant. La Turquie est un pays connu pour être une voie d'accès privilégiée des jihadistes européens vers la Syrie.

Edouard Philippe a jugé mardi que "personne ne pouvait se satisfaire" que "quelqu'un qui fait l'objet d'un signalement puisse continuer à bénéficier" d'une autorisation de détention d'armes, après l'attentat raté lundi sur les Champs-Elysées par un homme fiché S depuis 2015. Djaziri était licencié "depuis six ans" à la Fédération française de tir, a indiqué à l'AFP son président Philippe Crochard.

L'assaillant des Champs-Elysées ne s'est pas rendu à deux convocations en mai de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), invoquant "des raisons de santé", a-t-on appris mercredi de source proche du dossier, confirmant des informations de presse.

L'ex-épouse, le frère et la belle-sœur de l'assaillant ont été interpelés en fin d'après-midi lors des perquisitions au domicile de la famille, au Plessis-Pâté, dans l'Essonne.

Ce débat intervient alors qu'un projet de loi antiterroriste doit être présenté cette semaine en conseil des ministres pour prendre le relais de l'état d'urgence. Depuis janvier 2015, la France est visée par une vague d'attentats qui a fait 239 morts, plusieurs attentats ciblant particulièrement les forces de l'ordre.

Sur les Champs-Élysées, la vie avait repris son cours habituel mardi matin: les travailleurs parisiens se mêlaient aux touristes qui flânaient et prenaient des selfies.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.