Les syndicats reçus à 17H30 au ministère des Transports (syndicats) — Grève carburants

INFOGRAPHIE. Pénurie d’essence Découvrez les stations-service touchées près de chez vous

INFOGRAPHIE. Pénurie d’essence Découvrez les stations-service touchées près de chez vous

Mercredi, le gouvernement avait demandé aux automobilistes de ne pas céder à "la panique".

Plusieurs centaines de stations-services connaissaient mercredi des difficultés d'approvisionnement, notamment en Ile-de-France, en raison de cette grève lancée il y a six jours par la fédération CGT-Transport qui réclame des "négociations" rapides pour améliorer les conditions de travail des conducteurs de camions citernes en amendant la convention collective de la branche.

Les cinq syndicats représentatifs dans le transport routier seront reçus mercredi à 17H30 au ministère des Transports, pour évoquer la situation des conducteurs de camions transportant des matières dangereuses (carburants, gaz.), en grève à l'appel de la CGT, a-t-on appris auprès de trois sources syndicales. Le syndicat va soumettre aux routiers concernés l'accord obtenu, ouvrant ainsi la voix à une reprise du travail pour " arriver à la levée des blocages pour le week-end si la base le décide ". Selon Jérôme Vérité, le gouvernement s'est engagé le 16 juin à présenter des modifications des contrats types. En outre, "sur les aspects de la classification et de reconnaissance du métier spécifique de matières dangereuses, là aussi nous avons un calendrier extrêmement clair qui nous amènera jusqu'au 10 juillet".

Bientôt la fin du mouvement de grève dans les transports de carburants? De son côté, Patrice Clos de FO a indiqué " on va dans la bonne direction ", soulignant que CFTC, la CFDT, FO et la CFE-CGC de salariés avaient demandé à la ministre Elisabeth Borne l'organisation d'une table ronde.

"Ces revendications sont portées par le seul syndicat CGT et aucune négociation n'est envisageable avec un seul syndicat", avaient répondu lundi deux fédérations patronales (FNTR et TLF). Il faudra une peu de temps pour assurer le réapprovisionnement. Selon un bilan effectué à 17 h 30 par Total, qui compte 2.200 stations-service sur tout le territoire, 105 stations (dont 92 en région parisienne sur 340) n'avaient plus de carburant.

Depuis vendredi 26 et le début du mouvement, environ un millier de stations avaient été touchées par une pénurie totale ou partielle selon l'application collaborative Essence qui recense les prix et la disponibilité du carburant. Quant à l'Union française de l'industrie pétrolière, elle évoquait 50 % de stations franciliennes en rupture complète. C'est dans cette région que le retour à la normale sera le plus long.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.