A Saint-Nazaire, Macron conjugue ambition industrielle et loi Travail

Saint-Nazaire Emmanuel Macron élude l'affaire Ferrand

Saint-Nazaire Emmanuel Macron élude l'affaire Ferrand

La déclaration du président de la République française sur son souhait de revoir l'accord d'actionnariat conclu en avril 2017 avec l'Italien Fincantieri pour la reprise du chantier au Sud-Coréen STX demeure plus significative.

Construit par STX France, ce géant des mers est l'un des plus importants paquebots jamais construit par l'entreprise.

Cependant, ce schéma inquiétait les syndicats et les élus locaux, pour qui Fincantieri serait de facto majoritaire en raison de ses liens avec l'autre actionnaire italien et risquait de vouloir privilégier ses propres chantiers italiens. Bruno Le Maire, "dans les prochaines semaines, aura à négocier" un "nouvel actionnariat", a détaillé le président Macron.

MSC Croisières - qui a un temps montré son intérêt à reprendre le chantier naval de Saint-Nazaire, adossé au groupe néerlandais Damen et à l'autre client historique de STX France, l'armateur américain Royal Caribbean, sans finalement déposer d'offre - a passé commande pour la construction de sept autres paquebots dans le port français.

Emmanuel Macron entend "garantir la préservation des emplois. C'est exactement l'esprit de la réforme que le gouvernement conduit", a-t-il insisté mercredi. C'est cela que je veux voir généraliser.

Le chef de l'État, venu à Saint-Nazaire pour la livraison du paquebot Meraviglia, a salué la "force de l'Europe " et "l'excellence de la relation " entre la France et l'Italie.

S'il ne souhaite pas l'abrogation de cette directive européenne, Emmanuel Macron avait, durant sa campagne électorale, préconisé de "renforcer les contrôles" et de "travailler dans le cadre de cette directive pour éviter les distorsions".

Globalement, ces paquebots représenteront 4,5 milliards d'euros de commandes pour les chantiers et 37 millions d'heures de travail, qui emploient 2.600 personnes et font travailler environ 5.000 employés d'entreprises sous-traitantes. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.