Donald Trump en Arabie saoudite pour parler terrorisme et contrats d'armement

Le président américain Donald Trump le 21 mai 2017 à Ryad- AFP

Le président américain Donald Trump le 21 mai 2017 à Ryad- AFP

"C'était une journée formidable", a lancé le président républicain. Se disant porteur d'un message "d'amitié, d'espoir et d'amour" du peuple américain, il a souligné la symbolique de son déplacement - son premier en tant que président - "au coeur du monde musulman".

Dans une première réaction américaine à cette réélection, M. Tillerson a appelé M. Rohani à démanteler "le réseau de terrorisme" de son pays et à mettre fin aux essais de missiles balistiques.

L'Arabie saoudite, majoritairement sunnite, considère l'Iran, puissance chiite, comme son principal rival au Moyen-Orient. Les deux pays s'opposent notamment sur les théâtres des conflits en Syrie et au Yémen.

"Le terrorisme s'est répandu à travers le monde".

Washington compte ainsi voir Ryad jouer un plus grand rôle dans la lutte contre les groupes jihadistes comme le groupe Etat islamique (EI) et Al-Qaïda.

Comme c'est le cas depuis son arrivée au pouvoir, Donald Trump devrait aussi se garder de toute critique sur la question des droits de l'Homme, bafoués selon les organisations internationales dans plusieurs pays arabes, dont l'Arabie saoudite. L'avion Air Force One a atterri peu avant 9h50 à l'aéroport King Khaled à Ryad où le tapis rouge a été déroulé. Facteur d'inquiétude supplémentaire pour la Maison Blanche: le Sénat a annoncé que l'ex-chef du FBI James Comey, silencieux depuis son limogeage brutal il y a dix jours, avait accepté de témoigner. La fille aînée de M. Trump, Ivanka, et son époux Jared Kushner font partie de la délégation présidentielle américaine.

Le roi Salmane et M. Trump ont par ailleurs signé une "déclaration sur une vision stratégique conjointe" renforçant des relations bilatérales.

Le cortège officiel est ensuite parti en direction d'un grand hôtel de la capitale pavoisée de drapeaux saoudiens et américains. Les rues, quasiment désertes, étaient également ornées de photos montrant le roi et M. Trump avec un slogan "Ensemble, nous triomphons".

Cérémonie d'accueil organisée par le roi Selman à l'honneur de Donald Trump lors de sa visite au Royaume, 20 mai 2017.

Si ses prédécesseurs réservaient traditionnellement leur premier déplacement à leur voisin direct - Mexique ou Canada -, l'ex-magnat de l'immobilier a choisi la monarchie pétrolière saoudienne, première étape d'un long périple qui s'achèvera en Europe. Le président américain devait rejoindre lundi matin Israël, deuxième étape d'un voyage qui le mènera aussi dans les Territoires palestiniens, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile pour les sommets de l'Otan et du G7.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.