51 circonscriptions laissées sans candidat par La République en marche — Législatives

La République en marche n'investit aucun candidat dans 56 circonscriptions

La République en marche n'investit aucun candidat dans 56 circonscriptions

Emmanuel Macron "se constitue une forme de majorité plastique", renchérit le sénateur socialiste Luc Carvounas, qui interprète "les trous dans la raquette" comme "une forme de gage ou de remerciement invisible à ceux qui ont été incolores pendant la campagne de Benoît Hamon".

La République en marche a effectué des "gestes politiques" dans plusieurs circonscriptions, selon une porte-parole, en laissant le champ libre à des personnalités de droite et de gauche dont la sensibilité est jugée compatible avec le projet de M. Macron.

Surtout, à cette heure, LRM a laissé libre une cinquantaine de circonscriptions pour protéger un certain nombre de poids lourds de droite et de gauche investis par le parti Les Républicains (LR) ou par le Parti socialiste (PS), en ne présentant pas de candidats contre eux. Contrairement à ce qu'avaient promis le fondateur d'En marche!, Emmanuel Macron, et le secrétaire général du mouvement, Richard Ferrand, le parti a renoncé à investir 577 candidats pour les législatives. C'est le cas de Stéphane Le Foll (Agriculture), candidat dans la Sarthe, Myriam El Khomri (Travail) et George Pau-Langevin (Outre-Mer) à Paris, et Marisol Touraine (Santé) en Indre-et-Loire.

Si Xavier Bertrand (Aisne), Christian Estrosi (Alpes-Maritimes), Hervé Mariton (Drôme), Benoist Apparu (Marne) ne se présentent pas, leurs successeurs dans leurs circonscriptions n'auront pas de candidat La République en marche à affronter. Avec les radicaux de gauche Sylvia Pinel (Tarn-et-Garonne) et Joël Giraud (Hautes-Alpes), et l'écologiste Éric Alauzet (Doubs), le mouvement d'Emmanuel Macron a tendu la main à une douzaine de candidats de gauche. Donc il entend se prémunir de quelques aléas. Aucun adversaire face à Bruno Le Maire, le nouveau ministre de l'Économie dans l'Eure ni en Seine-Maritime face à Agnès Firmin Le Bodo qui remplace Édouard Philippe, le Premier ministre. Plusieurs de ses proches sont également protégés dans l'Eure-et-Loir, le Bas-Rhin ou le Morbihan.

Candidats, Thierry Solère (Hauts-de-Seine) et Franck Riester (Seine-et-Marne) auront les coudées franches. À l'UDI, Yves Jégo (Seine-et-Marne) et Philippe Folliot (Tarn) ont aussi été ménagés. Il n'a pas obtenu l'investiture d'En Marche! mais finalement, la République en marche (LREM) a choisi de faire preuve d'élégance à l'égard de Manuel Valls en ne présentant aucun candidat face à lui dans l'Essonne.

Enfin, Outre-Mer, 17 circonscriptions n'auront pas de candidat de la République en marche, qui espère nouer des accords avec des formations locales mieux implantées. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.