Un piratage massif touche la campagne Macron — Présidentielle en France

Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron lors d'une interview le 20 avril 2017

Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron lors d'une interview le 20 avril 2017

"Les fichiers qui circulent ont été obtenus il y a plusieurs semaines grâce au hacking de boîtes mail personnelles et professionnelles de plusieurs responsables du mouvement", précise En Marche!, ajoutant que ces documents sont tous "légaux".

Cette opération, "intervenant dans la dernière heure de la campagne officielle" (NDLR: la campagne a officiellement pris fin vendredi à 22h00 GMT), "relève manifestement de la déstabilisation démocratique, comme cela s'est déjà vu aux Etats-Unis pendant la dernière campagne présidentielle", a dénoncé En Marche!, le mouvement du candidat centriste, dans un communiqué.

Avant les révélations sur ce piratage massif visant la campagne d'Emmanuel Macron, ancien ministre de l'Economie du président socialiste François Hollande, la tension était déjà montée avec l'annonce de l'arrestation dans la nuit de jeudi à vendredi d'un ancien militaire converti à l'islam, à proximité d'une base aérienne militaire, à Evreux, à une centaine de kilomètres au nord-ouest de Paris. Elle demande à la presse de "ne pas rendre compte du contenu de ces données" en cette période sensible.

"La diffusion de fausses informations est susceptible de tomber sous le coup de la loi, notamment pénale", rappelle la commission.

L'équipe Macron soupçonne aussi Moscou d'avoir voulu favoriser des candidats favorables à un rapprochement avec la Russie, comme sa rivale du Front National au second tour, Marine Le Pen.

"Il ne s'agit pas d'une simple opération de piratage mais bel et bien d'une tentative de déstabiliser l'élection présidentielle française", indique le mouvement du candidat français, En Marche, qui entend prendre "toutes les initiatives nécessaires auprès des acteurs publics et privés pour faire la clarté sur cette opération inédite dans une campagne électorale française, d'après Reuters". Selon Vitali Kremez, directeur d'études à la société new-yorkaise Flashpoint, spécialisée dans le renseignement sur internet, le groupe APT 28 serait derrière le piratage subi par En Marche!

Une intention de "nuire au mouvement En Marche!"

C'était l'une des craintes entourant le scrutin présidentiel de cette année. "Les #Macronleaks apprendront-ils des choses que le journalisme d'investigation a délibérément tues?"

"Ceux qui font circuler ces documents ajoutent à des documents authentiques nombre de faux documents, afin de semer le doute et la désinformation", a affirmé l'équipe d'Emmanuel Macron, en faisant un parallèle avec le piratage qui avait visé l'équipe de Hillary Clinton, la candidate démocrate à la présidentielle américaine de 2016. "Effrayant ce naufrage démocratique".

Vendredi soir, ce sont au total 9 Go de documents internes à la campagne d'Emmanuel Macron qui ont été diffusés sur le web, par un internaute baptisé EMLEAKS. Le mot-dièse #MacronLeaks a été diffusé pour la première fois par Jack Posobiec, un militant pro-Trump, qui, selon son profil Twitter, est le chef du bureau de Washington du groupe d'extrême droite Rebel TV, selon Ben Nimmo et d'autres analystes qui suivent l'élection. Any copying, republication or redistribution of Reuters content, including by framing or similar means, is expressly prohibited without the prior written consent of Thomson Reuters. "Reuters" and the Reuters Logo are trademarks of Thomson Reuters and its affiliated companies.

Recommended News

We are pleased to provide this opportunity to share information, experiences and observations about what's in the news.
Some of the comments may be reprinted elsewhere in the site or in the newspaper.
Thank you for taking the time to offer your thoughts.